Sélectionner une page

L'expertise aérienne par drone

Notre société D-Tection intervient sur un ensemble de secteurs et étudie ainsi des demandes diversifiées. Pour plus de renseignements, ou si vos besoins concernent une autre demande, n’hésitez pas, contactez-nous !

Nos Services

Bilans thermographiques

Définir et recenser les zones de déperdition de chaleur des bâtiments. Réaliser des diagnostics énergétiques complets. Inspecter des infrastructures électriques et des panneaux photo voltaïques.

Inspections

Réaliser une étude architecturale, avec la fourniture d’un rapport sur l’état sanitaire de la structure, et la géolocalisation des points critiques.

Mines et Carrières

Cubature de stock, concevoir des modélisations 3D des sites, et réaliser des relevés de pentes.

 

 

Sphère environnementale

Réaliser une expertise sur l’état de la faune et de la flore, sur une surface donnée. Éditer un géo-référencement des pistes forestières, un calcul de densité, une étude sanitaire des cours d’eau. Dans le domaine agricole, calculer l’apport d’azote sur les cultures.

Sécurité

Support logistique en intervention, mise à disposition d’un matériel de pointe et d’un savoir-faire, au service, des services de secours, d’incendie et de sécurité.

Le Drone Octocopter

Il nous accompagne à chaque mission, l’un des systèmes radiocommandés de prise de vue aérienne les plus avancés !

Scénarios

Matériel habilité S1, S2 et S3+

8 Rotors

à motorisation électrique

Applications

Caméra thermique Optris, Sony A7r
L'utilisation des drones est désormais encadrée par l'Arrêté du 17 décembre 2015 relatif à la conception et à l'utilisation des aéronefs civils qui circulent sans aucune personne à bord.

REGLEMENTATION

 

Evolution réglementaire, deux nouveaux arrêtés « drones »  du 17 décembre 2015 sont en vigueur depuis le 1er janvier 2016 et remplacent les arrêtés du 11 avril 2012.

 

Le périmètre de certains des scénarios opérationnels pré-définis est étendu :

  • S1 : extension de 100 à 200m de la distance au télépilote ;
  • S2 : extension à 150m de la hauteur maximale d’utilisation pour les aéronefs de moins de 2kg ;
  • S3 : extension de 4 à 8 kg de la masse des aéronefs non captifs sous réserve, de conditions additionnelles applicables au dispositif de protection des tiers (parachute de sécurité) et d’une distance d’éloignement des tiers potentiellement supérieure à 30m ;
  • La distance d’éloignement des tiers au sol actuellement de 30m est réduite : Pour les aéronefs équipés d’un parachute de sécurité et les aéronefs de 2kg ou moins utilisés à une hauteur inférieure à 50 mètres, elle est remplacée par une distance minimale fonction de la vitesse et de la hauteur des opérations (correspondant à la chute du drone en cas de perte totale de motorisation et non-déclenchement du parachute). Cette distance minimale ne peut être inférieure à 10m et reste plafonnée à 30m pour les aéronefs de moins de 4kg (maintien de la valeur actuelle).

 

Simplification des démarches:

  • Les aéronefs utilisés à l’intérieur d’espaces clos et couverts ne sont plus soumis aux obligations de l’arrêté ;
  • Suppression de l’exigence de dépôt de MAP auprès de l’autorité, remplacée par une obligation de déclarations d’activité, dont la validité est limitée à 24 mois. Dans le cadre du scénario S-4, chaque mission ou ensemble de missions reste soumis à l’approbation préalable de l’autorité ;
  • Suppression de l’exigence de rédaction d’un MAP pour les aérostats captifs de 25kg ou moins. Les exploitants concernés sont toutefois tenus de déclarer leur activité ;
  • S3 : suppression de l’exigence d’autorisation particulière (ou attestation de conception) pour les aérostats captifs et tous les aéronefs de 2kg ou moins ;
  • Suppression de l’exigence de renouvellement annuel du document de navigabilité pour les aéronefs de plus de 25kg, en contrepartie d’une déclaration annuelle d’aptitude au vol à joindre au compte-rendu d’activité annuel de l’exploitant ;
  • Réunification sous la notion unique d’« attestation de conception » du « document de navigabilité / autorisation de vol » qui était requis auparavant pour les aéronefs de plus de 25 kg et des « autorisations particulières » qui étaient requises pour les scénarios S2, S3 et S4.
  • L’autorisation préfectorale pour les vols au-dessus des zones peuplées est remplacée par une exigence de déclaration préalable.
  • Les modalités d’évolutions en espace aérien contrôlé civil sont simplifiées :

> Les évolutions en vue sous 50m ne sont plus soumises à l’accord de l’organisme qui rend le service du contrôle, mais celui-ci reste requis pour les évolutions en vue au-dessus de de 50m ; les exigences relatives aux évolutions à proximité des infrastructures d’atterrissage et de décollage sont toutefois conservées (Annexe I) ;
> Le texte introduit la possibilité d’évolution hors vue en espace aérien contrôlé sous réserve de l’établissement d’un protocole d’accord entre le responsable de l’activité et l’organisme de contrôle de la circulation aérienne.
> Évolutions en espace aérien contrôlé géré par la Défense : les modalités sont inchangées, les évolutions restent soumises à l’accord préalable de l’organisme et l’établissement d’un protocole.

Le texte établit une exigence de notification des vols d’aéronefs télépilotés utilisés dans le cadre d’une activité particulière ou d’expérimentation. Cette exigence s’applique :

  • à tous les vols hors vue, et
  • à tous les vols en vue effectués au-dessus de 50 m à l’intérieur des secteurs d’entrainement en très basse altitude de la défense (SETBA, VOLTAC etc..) lorsqu’ils sont actifs (hors weekends et jours fériés).
    La possibilité d’évolutions de nuit sur dérogation du préfet après avis de la DSAC-IR est introduite de même que la possibilité de ségrégation des activités autre qu’une ségrégation par espace.

Le texte clarifie certaines exigences techniques et introduit une nouvelle exigence concernant les vols « hors vue » : dans le cadre des scénarios S2 et S4, la commande d’interruption du vol en cas d’urgence doit fonctionner même en cas de panne des automatismes embarqués de contrôle de la trajectoire (possibilité d’interrompre manuellement un plan de vol programmé en cas de panne de l’automatisme).

Le réseau Flying Eye

D-Tection fait parti du réseau Flying Eye, apportant ainsi à notre société, un savoir faire et une expérience indispensable dans nos différents secteurs d’intervention.
Flying Eye dispose d’un réseau national d’opérateurs, d’où son expertise unique et transversale. Il développe des solutions techniques pour des missions de travail aérien répondant à un cahier des charges spécifique, et peut répondre à une demande d’envergure nationale en formant et en équipant des opérateurs sur les protocoles développés en partenariat avec des grands comptes.

En savoir plus

Agences

Opérateurs en France

Opérateurs techniques labélisés

Drones dans le monde

Nous Contacter

12 + 9 =

D-Tection

D-Tection

L'expertise aérienne par drone

Adresse : 20 chemin de ronde, 89130 Toucy
Président : Jean-Baptiste HORTON
Tél. : 06.82.81.83.06